TÉLÉCHARGER ANACHID WATANIYA ALGERIE GRATUITEMENT

Un de ses amis a trouvé la formule : les voix ont tracé sa voie. Le secret de cette attirance pour la chanson, pour ses interprètes qui lui doivent un peu de leur réussite, est vite percé. Blessé, il est transféré à Tunis pour soins. De cette amitié avec Ahmed Wahby est né un produit Lesnamia pour rappeler le tremblement de terre de et Wahran-Wahran en hommage à sa ville natale. De là, a commencé le dur labeur qui allait me permettre de créer les éditions Atlas.

Nom:anachid wataniya algerie
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:37.18 MBytes



More L augmentation des salaires touchera tous les travailleurs du privé www. Châteauneuf, la mosquée Ibn Badis et le palais des congrès, des ogres budgétivores qui on tout bouffé sans voir le jour. Ils restent au stade des projets sans suite, comme un enfant qu on n arrive même pas à faire venir au monde à coups de forceps.

Falmenco, groupe Mehri, Sonatrach Au milieu des années quatrevingts, l idée de doter la capitale de l Ouest d un complexe hôtelier à la mesure de ses ambitions avait effleuré l esprit des responsables locaux. On n avait pas trop cherché, l assiette située audessus de la promenade de L Etang était l endroit rêvé pour ériger une tour qui devait abriter un hôtel de 5 étoiles.

Toutes les entraves administratives étaient en principe levées et le projet devait démarrer en L édifice, adossé au palais du Bey, classé monument historique, composé d une tour de 18 étages et de plusieurs structures d accompagnement, vit le jour quelques mois plus tard. Mais les entraves qu on disait levées refirent surface. Le terrain est déclaré non constructible, et la circonscription d archéologie, véritable gardienne du temple, opposa un veto à la réalisation d une voie permettant l accès au site par la place du 1er Novembre ou de l esplanade qui jouxte le théâtre de verdure.

Mieux encore, elle exigea la démolition des parties construites sur un terrain qui regorge de catacombes et de galeries datant de l époque ottomane. Depuis, toutes les tentatives d intéresser des repreneurs ont été un échec. Mais une fois démasqués et leur entreprise de faire main basse sur les bijoux du secteur déjouée, l édifice, gris et hideux, était retombé dans l oubli. En , le groupe Mehri est venu à la rescousse. Mais mis au courant de la bataille juridique autour de la propriété du terrain qui faisait toujours rage en l EGT Sidi Fredj et la circonscription d archéologie, il a préféré faire marche arrière.

Toutes les tentatives de reprise du projet ont buté sur l aléa de la voie d accès et de la propriété de l assiette foncière. Même Sonatrach, lancée en pleins préparatifs de la conférence de l Opep en décembre , avait annoncé sa volonté de reprendre l édifice pour y installer un hôtel de classe internationale et un palais des conventions.

L idée n a pas fait long feu, puisque les entraves administratives refaisaient toujours surface. Il y a quelques jours, l assemblée populaire communale a voté une délibération pour la reprise du projet pour y domicilier une partie des services communaux. Un scandale à ciel ouvert Un scandale à ciel ouvert Par F.

Serait-ce le bout du tunnel pour cette fois? Mais en attendant, le regard du visiteur d Oran, de passage par la place du 1er Novembre ou par le Front de mer, est agressé par l image d une imposante carcasse en béton qui continue d être balayée par les vents marins.

Promesse avait été faite au chef de l Etat de l accueillir pour la prière de l Aïd el fitr de l année : la mosquée Ibn Badis ou le chemin de Damas Au mois d août , au cours d une visite du président de la République, les responsables locaux lui avaient présenté le projet de la grande mosquée Ibn Badis dont le minaret devait culminer à une hauteur de m. La mosquée Ibn Badis d Oran, qui devait voir le jour sur un terrain situé dans le prolongement du boulevard du Front de mer, a connu à ce jour mille et une tribulations.

Depuis son lancement, le projet est resté au stade de la carcasse, et les fidèles devront encore patienter avant de pouvoir y faire leurs prières. Durant les années quatrevingts et alors que l association religieuse chargée du suivi du projet pensait avoir levé les dernières contraintes pour entamer la construction, ses membres furent surpris de constater que la première assiette foncière qui leur avait été attribuée faisait l objet d un litige. Bien waqf, le terrain ne devait faire l objet d aucune transaction mais… il fut cédé à des particuliers, au grand dam de l association, obligée d aller chercher ailleurs.

Le scandale, puisque c en est un, a été étouffé, et le projet a été déplacé vers le rond-point de la cité Djameleddine où il continue de voir passer le temps sans accueillir ses premiers fidèles. En , les travaux de réalisation, qui étaient depuis à l arrêt, furent confiés à une entreprise chinoise.

Tous les Oranais pensaient que la promesse faite au chef de l Etat de l accueillir dans la mosquée pour la prière de l Aïd el fitr de l année allait être tenue. Il y a lieu de rappeler qu en , après une énième relance des travaux par l entreprise Cosider, le CTC avait ordonné la démolition de 75 piliers de 18 m chacun qui devaient supporter la salle des prières.

Ces colonnes en béton armé, qui trônaient dans le chantier, tels de vulgaires menhirs dans une plaine décharnée balayée par un vent glacial, étaient déclarées non conformes aux normes en vigueur. Le dosage cimentsable ne répondait pas aux normes de compression édictées depuis le séisme de Boumerdès. L entreprise chinoise avait procédé à leur démolition avant de reprendre la construction, la terminer et plier bagage. Aujourd hui, trente-quatre ans après la pose de la première pierre, le projet reste à l état de carcasse, une carcasse grise qui fait face à l imposant bâtiment rutilant neuf qui abrite la direction de l activité aval de Sonatrach.

Jusqu à présent, le projet a consommé près de 50 milliards de centimes en dons de bienfaiteurs et d allocations publiques sans connaître sa livraison. Quel dommage! Le palais des congrès abandonné aux vents et aux SDF Déjà lors de son inscription en , le projet qu on avait présenté comme structurant avait poussé certains à faire la moue. Le choix de l assiette devant abriter l édifice a été sujet à débat.

Plusieurs urbanistes et élus locaux avaient affirmé que l implantation du futur palais des congrès d Oran à Haï Essabah, une cité populeuse, n était pas idoine. C est de la pure folie, il faut penser comment sécuriser l endroit et comment ne pas écorner l image de l Algérie si des manifestations étaient violemment réprimées devant les caméras du monde entier. Mais ses remarques ont été ignorées, et aujourd hui l édifice, abandonné, est devenu un abri pour les SDF.

Les travaux de réalisation confiés à l entreprise Cosider puis au groupement turc Atlas ont été livrés dans un temps record, puis c est le néant. Le visiteur de passage par la cité Haï Essabah, à l est d Oran, est intrigué par l imposante carcasse en béton laissée à l abandon.

Il y a quelques mois, la direction du logement et des équipements publics avait émis l idée de transformer la bâtisse en futur palais de la culture, mais l étude de faisabilité confiée à un bureau italien a été abandonnée.

Le projet lancé grâce à une enveloppe estimée à 36 milliards de centimes devait abriter une salle de conférences de places, une autre de , une bibliothèque, des salles de réunions et plusieurs autres dépendances. Cet état d abandon pourrait également frapper les résidences, El Bahia composée de 4 tours et lancée par le promoteur Mobilart, et Zabana dont le promoteur n est autre que le groupe Cherif.

Ces projets, qui affichent un appréciable taux d avancement, sont à l arrêt, le premier pour une sombre affaire de remboursement de crédits bancaires et le second pour des considérations administratives liées au choix de l assiette foncière. En attendant de voir tous ces projets relancés, le visiteur d Oran de passage par la rue Khemisti est frappé par le spectacle d une autre bâtisse qui trône en plein centre-ville.

Mais pour celle-ci, bien privé, c est un autre cas de figure. Les travaux qui devaient donner naissance à un parking à étages et à plusieurs bureaux sont à l arrêt en raison d un litige opposant des héritiers. La ville cache mal ses furoncles hideux qui agressent le visiteur venu découvrir ses charmes. Oran ne sait plus à quel saint se vouer pour voir ces chantiers qui s éternisent livrés et leur dossier volumineux enfin rangé dans les tiroirs de l histoire.

D ailleurs, une plainte a été déposée par l association religieuse du village contre l APC pour avoir annulé ledit permis, a-t-il indiqué. En dépit de toutes ces démarches, l association religieuse a poursuivi l opération de construction de cette mosquée, avant que la population du village ne décide de stopper par la force la construction de ce projet qui commence à devenir une véritable question d opinion publique.

Selon les conférenciers, particulièrement le nouveau sénateur Mohand Ikherbane, les représentants des archs Ath Djennad, Ath Ghobri et Iflissen, qui se sont réunis vendredi dernier avec les deux parties, à savoir le comité du village et l association religieuse, n étaient pas en mission de conciliation, mais plutôt de soutien à la décision de la population du village par rapport à cette question, alors que le verdict des représentants des archs cités plus haut est attendu pour vendredi prochain, selon les affirmations des conférenciers euxmêmes.

Ils ont arrêté un trabendiste notoire spécialisé dans le commerce illicite de bijoux qu il ramenait des pays du golfe. Les gendarmes qui le suivaient depuis longtemps ont eu la main heureuse en perquisitionnant dans son bureau où ils ont saisi 8 kilogrammes d or.

La quantité qui était destinée aux bijoutiers pour sa transformation vaut plus de plusieurs milliards de centimes. Présenté devant le procureur de la République près du tribunal de Bordj Bou Arréridj, le trabendiste a été placé sous mandat de dépôt.

La bande composée de trois personnes a été prise en flagrant délit de commerce de stupéfiants. La quantité saisie sur les membres de la bande dont le plus âgé, 43 ans, est infime, puisqu il s agit de 22 grammes de cannabis. Mais c est suffisant pour les coffrer et surtout les pousser à divulguer leurs cachettes et leurs fournisseurs.

Présentés devant le procureur de la République près du tribunal de Bordj Bou Arréridj, les trois acolytes ont été placés sous mandat de dépôt. Décès subit d une élève Amina A. Elle est décédée avant son arrivée à la polyclinique de la ville. Selon les premiers éléments, elle aurait eu une crise cardiaque, en attendant l autopsie qui déterminera les causes exactes du décès.

L événement qui a eu lieu hier à 11 h 45 minutes a choqué ses camarades, dont 6 d entre eux, toutes des filles, ont été transportées à la même structure après leur évanouissement. Accident mortel près de Zennouna Le lieu dit Zennouna a été le théâtre hier d un accident mortel de la circulation. L accident qui a eu lieu hier à 8 h du matin sur l autoroute estOuest a été provoqué par le télescopage entre un camion de type Iveco et un véhicule léger de marque Citroën.

La femme qui accompagnait le chauffeur du véhicule léger est morte sur le coup, mais le conducteur avait disparu quand les secours sont arrivés. Des automobilistes l auraient emmené à l hôpital. La gendarmerie a ouvert une enquête pour déterminer les causes exactes du drame.

A noter que le chauffeur du camion, âgé de 45 ans, est sorti indemne. Les victimes âgées de 17 à 49 ans qui résident au douar de Ouled Makhlouf situé dans la commune de Bordj Ghedir ont été asphyxiées aux gaz brûlés. Bordj Bou Arréridj Seddouk Béjaïa Des citoyens ferment le siège de la daïra Béjaïa Trois morts dans deux accidents de la circulation EN dépit des mesures prises par les services de sécurité et les campagnes de sensibilisation organisées jusque-là, le terrorisme routier continue de sévir à travers les différents axes routiers de la wilaya de Béjaïa.

Les services de la Protection civile de la wilaya de Béjaïa ont enregistré deux accidents de la circulation qui se sont produits au niveau de la RN9, qui ont fait trois morts et deux blessés. Le premier accident s est produit au niveau de la région d Affalou dans la commune de Boukhelifa, où un véhicule léger de type Clio s est renversé faisant deux morts sur le coup, âgés entre 34 et 38 ans, en plus de deux blessés graves qui ont été transférés à l hôpital de la ville.

Par ailleurs, un piéton a été tué à Aokas, fauché par un véhicule, selon les premiers éléments d information recueillis par les services concernés. Ahcène Aït Chabane Des habitants du village Ighil Imoula dans, la commune de Mcisna, ont procédé dans la matinée d hier à la fermeture du siège de la daïra de Seddouk, et ce, afin d exiger des autorités locales le renforcement de la polyclinique de leur village par un staff médical afin de répondre aux attentes des citoyens.

D ailleurs, il y a un manque flagrant en ce qui concerne le personnel médical ainsi que les moyens matériels pour une meilleure prise en charge des malades.

Pourtant, cette polyclinique devrait avoir plus de moyens pour répondre aux attentes de la population locale. Mais voilà devant l indifférence des autorités locales, il se trouve qu elle ne répond même pas au minimum.

Sur un autre volet, une réunion a regroupé les responsables de la daïra de Seddouk ainsi que les représentants de la population pour tenter de trouver une solution aux problèmes posés et éviter de telles actions à l avenir. Ainsi, dans la wilaya de Tlemcen, les gendarmes de la brigade de Beni Mester ont présenté au procureur général près le tribunal de Tlemcen quatre personnes pour détention et mise en circulation de faux billets de banque de DA.

Deux d entre elles ont été placées sous mandat de dépôt et les autres remises en liberté provisoire. Dans la wilaya de Batna, les gendarmes de la brigade d Arris ont interpellé une personne en possession de huit faux billets de banque de DA et 24 autres de DA. Poursuivant les investigations, souligne un communiqué de la Gendarmerie nationale, les gendarmes de la brigade d Ichemoul ont à leur tour interpellé son acolyte en possession de 67 faux billets de DA et billets de DA.

Par ailleurs, en vertu d un mandant de perquisition, les gendarmes de la brigade d Arris ont interpellé trois autres suspects et saisi dans les domiciles de deux d entre eux, sis à Ichemoul, 22 faux billets de DA, deux micro-ordinateurs, une imprimante en couleur, un appareil webcam, 75 CD-ROM, trois bouteilles d encre et une liasse de papier. Avisé des faits, le procureur près le tribunal d Arris a prescrit l ouverture d une enquête et la présentation des mis en cause.

Des villageois ferment la RN12 La population de la commune de Taourirt Ighil, dans la wilaya de Béjaïa, ne décolère pas. Les actions de protestation organisées depuis maintenant plusieurs mois se poursuivent. Pourtant, nous avons saisi à maintes reprises les services concernés de l APC et de la wilaya à propos de nos problèmes en vain jusqu à ce jour, en dépit des promesses faites déjà. Pour sa part, le premier responsable de l APC de Taourirt Ighil, qui a été critiqué par les citoyens protestataires à propos de la répartition des postes d emploi, s est montré étonné, dans la mesure où cela se fait dans la transparence totale et en présence de tous les membres de l assemblée.

D ailleurs, la fermeture de cet axe routier qui relie la wilaya de Béjaïa à Tizi Ouzou a engendré une grande perturbation de la circulation routière, dans la mesure où les automobilistes ont trouvé d énormes difficultés pour rejoindre leur destination, alors que certains ont été contraints de rebrousser chemin.

Aïn Témouchent Plus de kilos de kif récupérés depuis le début du mois Les éléments des brigades de gendarmerie de Terga et Ouled Boudjemaâ dans la wilaya de Aïn Témouchent ont récupéré deux sacs en plastique renfermant 4, kg de kif traité, rejetés par les vagues dans les plages Nedjma et Selloum.

Cette quantité, souligne un communiqué de la Gendarmerie nationale, vient s ajouter aux , kg rejetés au début du mois par les vagues dans les plages El Mordjane, commune de Ouled Boudjemaâ, et El Makhbaa, commune de Terga. Oum El Bouaghi 12 quintaux de cuivre saisis Les gendarmes de la brigade d Oum El Bouaghi ont interpellé au village Sidi Reghis une personne transportant à bord d un fourgon quatorze quintaux de cuivre câbles électriques et tuyaux destinés à la contrebande, a indiqué un communiqué de la Gendarmerie nationale.

Constantine Un faussaire arrêté Les gendarmes de la brigade Ali Mendjeli ont présenté au procureur près le tribunal d El Khroub une personne pour faux et usage de faux trois photocopies de convocations pour recrutement dans les rangs de l ANP, une photocopie d une carte de personne handicapée et une autre carte de sécurité sociale falsifiée , port d arme prohibée et escroquerie dont ont été victimes quatre citoyens de la localité d Ali Mendjeli.

L E tribunal criminel d Oum El Bouaghi a condamné jeudi à la peine capitale l assassin de l imam de la mosquée Okba Ibn Nafaâ El Fahri, tué à coups de couteau le jour de l Achoura, en , a-t-on appris samedi de source judiciaire.

TÉLÉCHARGER SOURAT AL KAHF ABDERRAHMAN SOUDAIS

Amine Kouider à la rencontre de son public

Classification des chants patriotiques algériens[ modifier modifier le code ] On peut diviser ces chants en trois catégories: Les poèmes, écrits par de grands poètes notamment Moufdi Zakaria , qui a écrit le très connu hymne algérien Kassaman ainsi que Fidaou El Djazair [1] et l'Iliade algérienne. Les chants populaires écrits par des combattants algériens anonymes ou par des scouts musulmans. On peut citer parmi ces chants Min Djibalina écrit par Mohamed el Hadi Cherif [2] , un maquisard algérien lors de la révolution algérienne , ou alors le chant "Ya Mohamed mabrouk aâlik" qui est un chant populaire en Algérie mais dont l'auteur est inconnu. Citons aussi le chant algérien chanté en kabyle , A Thamourth. Les chansons, écrites par des chanteurs algériens et qui ont été reprises par le peuple pour signifier l'amour de la patrie juste après l'indépendance. On peut citer la chanson du chanteur chaabi El Hadj El Anka , El hamdulillah ma bqach istiîmar fi bledna qui s'est largement diffusé en Algérie jusqu'à devenir un chant populaire repris par les foules.

TÉLÉCHARGER BAMBA AMI SARAH DOUDOU CHERI

Le Temps d'Algérie www.letempsdz.com édition du 8 février 2010

.

TÉLÉCHARGER CHEIKH EL HAMEL MP3 2013

Une cinquantaine de musiciens algériens et français sur scène

.

TÉLÉCHARGER COMBOFIX GRATUIT FRANCAIS

Chants patriotiques algériens

.

Similaire